Rééducation Périnéale

L’électro-stimulation consiste à stimuler les terminaisons nerveuses par du courant électrique. Une sonde est là aussi placée dans le vagin. Cette méthode est efficace pour les femmes qui ne parviennent pas à contracter leur périnée volontairement alors qu’elles n’ont apparemment pas de problème physiologique.
 

Les appareils de Biofeedback mesurent avec précision la force des muscles du périnée et indiquent quand contracter et quand relâcher la contraction. Ceci permet au patient de mieux repérer les muscles de son périnée dans la rééducation périnéale.


La gymnastique vaginale hypopressive (Marcel Caufriez) a pour objectif d’augmenter le tonus de la sangle abdominale et du plancher pelvien en diminuant les pressions abdomino-pelviennes. Les exercices sont essentiellement respiratoires, basés sur une répétition d’épisodes apnéiques, avec un travail sur la cage thoracique et le diaphragme. Il ne s’agit donc pas du tout ici de passer par la contraction spécifique des muscles pelviens

L’approche posturo respiratoire (Bernadette de Gasquet) met en avant les liens qui existent entre la posture, la respiration et le périnée. Elle s’intéresse entre autres aux pressions abdominales. Elle propose des adaptations posturales pour tous les moments de la vie afin de limiter les pressions sur le périnée et les conséquences délétères qui en résultent. Il s’agit de propositions concrètes pour la gestion des efforts au quotidien, l’accompagnement de l’accouchement, la résolution de la constipation, l’optimisation des portages, la pratique des abdominaux. Cette méthode fait également appel à des accessoires pour aider à corriger et soutenir la posture (tabouret, ballon, galette, ceinture de maintien du bassin, coussin à micro billes…).

La méthode  5P ou méthode de rééducation proprioceptives pelvi-périnéale (Chantal Fabre-Clergue) a pour but de permettre un éveil rapide de la perception périnéale pour pouvoir assurer un contrôle précis et une amélioration des contractions de la musculature « striée » du périnée postérieur. Pas de sonde, pas de toucher vaginal, la méthode est peu invasive. Elle consiste à faire s’allonger la patiente sur une demi bûche et à lui demander d’exercer des tractions avec un élastique solidaire de cette bûche.

La méthode “Connaissance et maîtrise du périnée“ (CMP- Dominique Trinh Dinh): le thérapeute pratique un toucher vaginal puis demande à la patiente de visualiser des images qui vont lui permettre de prendre conscience des différentes zones du vagin et des pressions néfastes qui peuvent s’exercer.

La CMP n’est pas  “une méthode manuelle dans le sens où le toucher vaginal est réservé au bilan clinique et à l’évaluation du travail musculaire au fur et à mesure des consultations”, précise le guide des sages-femmes. ” Il n’est pas utilisé en étirement ou en contre-appui pour faire travailler la femme qui doit pouvoir «oublier » les doigts de la sage-femme.”